Informatique Québec-Hitech enfin une boutique en ligne créer uniquement dans le but de satisfaire les québécois avec des prix imbattables sur plusieurs items. Spécialisés dans les cartes Micro SD 2GB, 4GB, 8GB, 16GB, 32GB, et offrant tout les types de filages pour les appareils électroniques USB.

 

Canicule : votre PC aussi réclame de l'air et de l'ombre.

En période estivale, le matériel informatique souffre autant de la chaleur que ses utilisateurs. Pour protéger ses postes de travail, le respect de quelques bonnes pratiques s'impose. Qui ne s'en est pas aperçu ? Les chaleurs caniculaires ont envahi nos étés depuis maintenant quelques années. Des températures qui dépassent les 30°C. Vos serveurs sont bien à l'abri dans une salle climatisée à 20°C.

Et vos postes de travail ?

Les symptômes les plus courants étant une absence de réponse de la souris ou du clavier, l'arrêt intempestif du moniteur et, dans des cas plus graves, des messages d'erreurs (fenêtre bleu) d'opérations non autorisées, voire une erreur fatale. Bien sûr, l'augmentation du niveau du mercure n'est pas seule en cause. Les taux d'humidité élevés et les orages, souvent en fin de journée, sont autant de facteurs de risques pour les stations de travail. Quelques recommandations simples permettent de s'en prémunir. La première de toute est la plus évidente : protéger son ordinateur de la chaleur.

Comment ?

En évitant de l'installer derrière une baie vitrée en plein soleil et en laissant le plus d'espace possible autour de l'unité centrale afin que les ventilateurs puissent faire correctement leur travail. Évident mais pas forcément inutile à rappeler : ne pas obstruer les aérations et pourquoi pas leur accorder un petit nettoyage de printemps après un hiver passé à se poussièrer. Pour les plus inquiets, de petits logiciels permettent même une surveillance constante de la température des éléments internes de l'unité centrale à l'aide des sondes intégrées aux composants. Elles sont souvent gratuites ou en licence Open Source et permettent d'établir des alertes en cas de dépassement d'un seuil de température du processeur (CPU), de vitesse de rotation des ventilateurs ou de tension d'alimentation.

Les ordinateurs sont très sensibles à l'orage. Là aussi, quelques précautions suffisent pour éviter les catastrophes en cas de surtension ou de microcoupures. A commencer par ne pas brancher plusieurs machines sur une même multiprise. En cas de surtension, toutes les machines risqueraient "le coup de jus", parfois fatal au disque dur. Il est d'ailleurs conseillé d'arrêter et de débrancher tout l'équipement informatique en cas d'orage. Dispositif pas toujours évident à mettre en place !

Les portables sont de leur côté moins exposés à ce risque : s'il est relié au réseau électrique, les surtensions seront subies par le transformateur et en cas de coupure courant, la batterie prend aussitôt le relais, évitant ainsi tout arrêt intempestif. Pour autant, les machines nomades ne sont pas moins sensibles aux variations de températures que leurs homologues de bureau, bien au contraire. Leur conception compacte les expose même d’avantage, leurs composants ayant naturellement une forte tendance à la "surchauffe". Afin de leur assurer la meilleure ventilation possible, il est donc recommandé de les utiliser sur une surface plane et rigide. Cette précaution évite ainsi le risque d'obstruction des grilles d'aération et laisse circuler l'air autour de la coque qui, été comme hiver, présente une température déjà élevée.

Outre le risque de vol, il est également déconseillé de laisser "traîner" son portable sur le siège arrière de sa voiture garée en plein soleil. Dans ce cas, la température à l'intérieur de l'habitacle peut approcher les 50°C : l'électronique des composants risque de ne pas apprécier ! Enfin, pour les acharnés de travail, le portable à la plage n'est pas non plus une bonne idée : l'exposition prolongée au soleil, le sable et les projections d'eau auront vite raison de votre outil de travail.

Quand un PC chauffe, les matériels qui le composent subissent une dilatation extrême. Dès lors, tout mouvement brusque devient dangereux, Quand le disque tourne, la tête d'écriture est en fait en lévitation sur les plateaux… Une chute du PC sur 2 ou 3 cm peut suffire à causer des dégâts, assure-t-on. «Avec des conséquences sur la connectivité interne: des problèmes surviennent alors au niveau de la discussion entre le PC et l’écran, puis entre le disque dur et la carte mère». Pour autant, ces risques sont peu expliqués tant dans les notices des fabricants que dans les conseils à la vente.

Outre la chaleur générée par son fonctionnement, le PC subit l'assaut des degrés extérieurs; c’est l’effet «cumulatif». «Il faut éviter un environnement étouffant, et surtout ne pas obstruer les sorties d’air, par exemple en posant un PC sur ses genoux ou sur une couverture. Sinon, ça surchauffe. Une alarme retentit et la machine s’arrête net: on perd alors ses données, sans dégâts matériels» Rappelons ce que l'on annonce en termes de normes: la température environnante pour l'usage d'un PC portable, doit être comprise entre 5 et 35°, ainsi qu'entre 20 et 80% d'humidité.

Retour à l'index

Créé par EXE-webmaster.com - Héberger par Microlinux.org